La place de l’objet : dans ou de l’espace ?

Source: http://non-mondaine.org La place de l’objet : dans ou de l’espace ?
_______________________________

FacebookTwitterGoogle+Partager

Poser la question de la place de l’Objet peut sembler étrange tellement la réponse paraît évidente. Il nous semble aisé d’y répondre, car nous donnons la même place au Sujet (que nous sommes).

Mais regardons y de plus pres :
que veux dire « la place de l’objet est dans l’espace » ?
cela signifie, que l’espace entoure l’objet, et donc qu’il y a un lieu où l’espace cesse pour que l’objet commence…
Si l’objet est « dans » l’espace, alors il y a de l’espace et il y a de l’objet « en-soi », quelque chose que l’on peut identifier comme « cet » Objet et qui n’est pas l’espace où « est » cet Objet. Mais alors ce qui est de l’Objet, n’est pas de l’espace, l’espace ne le traverse pas.
Là où commence l’objet cesse l’espace.
Mais dans ce cas, l’Objet ne pourrait être mesuré (comme distance, longueur, largeur, hauteur…) que depuis son extérieur, sa circonférence…
Clairement, cela n’est pas compatible avec les objets que nous connaissons dont la mesure est tout autant intérieure qu’extérieure….

Alors peut-être que l’Objet n’est qu’une limite, une coque. L’espace s’arrêterait alors à cette surface puis reprendrait sur son « autre » bord intérieur. Se pose alors la question des objets pleins, dont l’intérieur ne peut être différencié de la surface. Cet intérieur plein de l’Objet reste accessible à la mesure de la même manière qu’un intérieur vide.

Alors si ce n’est pas la limite intérieure-extérieure qui arrête l’espace pour commencer l’Objet, à quoi sait-on que l’objet commence ?
Il n’y a pas de point de l’Objet qui ne soit qu’objet et qui ne soit pas « aussi » de l’espace. Ce que l’on peut démontrer en commençant une mesure à l’extérieur d’un objet et en la finissant à l’intérieur de l’objet. S’il y avait deux espaces, nous aurions dû nous y prendre en deux opérations, ce qui n’est pas le cas :
Le même espace court de l’extérieur à l’intérieur de l ‘objet en passant par sa limite, son bord.

Si l’on ne peut déterminer de points qui ne soit que de l’objet, c’est que l’objet n’est pas dans l’espace, mais soit auprès (à coté, au dessus, au dessous…) soit de l’espace…
La première hypothèse pose les mêmes problèmes que la question originelle : si l’objet est auprès de l’espace, il doit y avoir un point de contact où l’on peut déterminer ce qui est de l’espace et ce qui est de l’objet. Dans le cas contraire, nous ne pourrions déterminer où est l’objet dans cet espace…

Cela pose en dernière instance l’objet comme « de l’espace ». Si l’objet est de l’espace, c’est que ce qui le détermine comme objet, n’est pas dans sa nature d’objet, mais dans sa pratique d’identification, dans la convention qui le détermine.
Nous remarquerons cependant, que ça ne le rend pas moins « Réel » pour autant, mais seulement plus « approximatif ».

La question devient : comment séparer l’Objet du vide environnant ?

L’observateur générique détermine le temps générique en mémorisant un mouvement en distance (dans un mouvement cyclique en comptant le nombre de cycles, dans un mouvement rectiligne en comptant une distance depuis une origine), ce que nous appelons habituellement une Horloge.
Mais il détermine également un espace vide en l’établissant comme la juxtaposition discrète d’un nombre constant de dimensions. Par exemple, un espace à 3 dimensions est la juxtaposition de cellules à 3 dimensions.

Nous avons défini un espace générique comme un espace pouvant avoir localement un nombre variable de dimensions, c’est à dire une juxtaposition de cellules à 1 dimension qui voisinent avec des cellules à 2,3,4 ou plus dimensions.

Le rapport de l’espace générique à l’espace de l’observateur détermine un Monde en creux et en bosses, en manques et en excès, un Monde auquel l’observateur peut donner sens. Un Monde philosophable.

FacebookTwitterGoogle+Partager

Source: http://non-mondaine.org La place de l’objet : dans ou de l’espace ?

Laisser un commentaire